Sarah Vigier
— Le Triangle des bermudas

Performance, environ 40′, 2018

Sarah Vigier clopine dans ses sandales blanches, rabotée pour l’une, flanquée de mousse expansive pour l’autre. Des bougies chauffe-plat sont disséminées au sol à côté de petits objets et de sculptures ésotériques: un pied, un iPhone en toc qui enferme la photographie de vacances d’un homme moustachu sur sa terrasse et des pétales de fleurs, une assiette à huîtres dorée, un bermuda géant, un seau d’eau, un bâton d’encens qui brûle…
Ambiance incandescente
Cérémonie d’incantation
Sarah s’avance vers le public en faisant sonner un triangle, tente de nous hypnotiser, un plumeau multicolore pour coiffure. « Vous êtes arrivés à destination du triangle des Bermudas »
Le Triangle des bermudas est une fresque dans laquelle se croisent Bernadette Soubirou, Pamela Anderson, Miss Camping et d’autres personnalités historiques, fictives, intimes.

« Le triangle des bermudas va de miami, (mai à m’aïe) à san juan jusqu’à puerto rico, qui se traduit par PORC RICHE…
Balance, balance, balance, toi!

Ces villes sont réputées pour leurs hôtels, leurs bars/discothèques et leurs casinos,
no, no no noooooooooo

– ma che casino si? Pourquoi le triangle des Bermudes se trouvent lui aussi dans un triangle des Bermudas, je le rappelle ces endroits où l’on s’adonne à des plaisirs fugaces où l’on ne compte pas
où l’on se perd même, où l’espace temps se tord comme l’activité tectonique de ces régions.

C’est dans ces attitudes désinvoltes que l’espace est scindé et perturbé ?
NON c’est la latitude! » (S.Vigier)

→ www.popapproximative.com

 

©Clément Harpillard